Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors qu’il passe sa retraite à Meung-sur-Loire, entre jardinage et pêche à la ligne, Maigret reçoit en pleine nuit la visite de son neveu, nouvellement entré à la Police judiciaire. Philippe Lauer a commis une imprudence qui peut lui valoir des ennuis sérieux : alors qu’il surveillait dans une boite de nuit de Montmartre un truand impliqué dans un trafic de drogue, celui-ci a été assassiné sous ses yeux. Paniqué, le jeune homme a laissé sur place des indices pouvant faire de lui le principal suspect et il a de plus été opportunément aperçu par un témoin alors qu’il sortait de l’établissement pour appeler les secours.

Dans L'écluse n° 1, Simenon, qui voulait clore la série des Maigret pour se consacrer à l’écriture de « vrais » romans, précisait que le commissaire était à quelques jours de la retraite. Il décida pourtant d’arracher Maigret à sa vie tranquille et de lui faire reprendre du service pour ce qui est sa dernière aventure avant son retour près de neuf ans plus tard en 1942. Toutefois, dans l’incapacité d’utiliser les ressources de la police, privé de ses collaborateurs, Maigret doit faire cavalier seul. Il fait alors de l’enquête une affaire personnelle, tant pour innocenter son neveu (qu’il a aidé à intégrer la police mais qui se montre peu doué pour le métier) que pour mettre fin aux agissements de Cageot, le chef d’une bande de trafiquants. Ce qui fait qu’il agit plutôt en détective privé, quand il s’assure par exemple la confiance d’une prostituée pour qu’elle surveille les membres de la bande, prend lui-même en chasse un des hommes de Cageot ou use d’un subterfuge pour soutirer des aveux à ce dernier. Nous sommes loin ici de la « méthode Maigret » telle que la résume son successeur à la P.J. : « D’habitude, vous vous mêlez de la vie des gens ; vous vous occupez davantage de leur mentalité et même de ce qui leur est arrivé vingt ans auparavant que d’indices matériels. »

Maigret.
Paris - Pigalle.

Dans cette dix-neuvième et provisoirement dernière enquête du commissaire, Simenon situe l’action à Pigalle dans le monde du milieu, ce qui est rare dans la série, La nuit du carrefour étant le seul exemple dans les précédents romans. L'histoire est peu crédible et les protagonistes sont assez stéréotypés : de petits truands, un bellâtre sûr de lui, une prostituée au cœur tendre avec qui Maigret développe une relation ambiguë. Seul Cageot, ancien clerc de notaire devenu chef de bande, personnage maladif et sans éclat, sort du lot.

Maigret reste toutefois un roman agréable à lire, avec de l’action et des rebondissements, des coups de feu et même une tentative d’élimination de l’ancien commissaire. On y découvre un Maigret heureux dans sa vie paisible au bord de la Loire mais farouchement déterminé à mettre un terme aux activités de ceux qui ont mis son neveu dans l’embarras, façon aussi de montrer à ses collègues qu’il n’a pas perdu la main et qu’il sait adapter sa « méthode ». Un Maigret un peu taquin aussi, comme quand il prend en charge sa belle-sœur venue au secours de son fils pour lui faire découvrir les charmes de la capitale, l'entrainant même dans la bote de nuit où tout a commencé.

Georges Simenon, Maigret © Paris, Fayard, 1934 et Omnibus, Volume III, 2007.

#Haut de page

Le monde de Maigret - 50

Tag(s) : #Paris, #Gangsters et milieu, #1933, #Fayard
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :