Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A partir d’une affaire banale – un inconnu tué d’un coup de couteau – Simenon construit un roman aux détours imprévus : l’errance d’un homme qui se sait poursuivi et va de café en brasserie d’où il essaie de contacter la police pour demander de l’aide ; la découverte d’un corps qui s’avère être celui du mystérieux interlocuteur ; la reconstitution d’une vie par Maigret qui va jusqu’à prendre possession des lieux où vivait la victime pour s’en imprégner davantage ; un deuxième meurtre qui permet de relier deux affaires que rien ne rapproche a priori ; une opération d’envergure et le quadrillage d’un quartier pour traquer et mettre une bande de criminels hors d’état de nuire. Jusqu’à l’explication finale.

Ce roman, qui commence dans le secteur Châtelet-Bastille pour se poursuivre quai de Charenton avant de se terminer dans un Marais bien différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, est intéressant pour cette construction complexe, mais surtout pour la manière dont Maigret procède pour d’abord identifier « son » mort et ensuite pour dénouer les fils de l’intrigue. On sait que la « méthode Maigret », bien que le commissaire se défende d’en avoir une, tient à l’effort qu’il fait pour rentrer dans la vie de la victime et reconstituer ce qu’elle a pu être. Cette approche instinctive se retrouve dans Maigret et la jeune morte comme dans Maigret et le corps sans tête. Mais ici le commissaire va plus loin, puisque, très vite, il prend quasiment possession du corps de l’inconnu : « On eût dit que le corps lui appartenait, que ce mort-là était son mort. » C’est alors un Maigret encore plus présent sur le terrain que d’habitude qui enquête. De bistrots en brasseries l’occasion de boire un demi ou de manger une choucroute à pied ou en taxi, il arpente Paris, frappe aux portes, interroge et essaie de comprendre. Il n’est pourtant pas seul : l’enquête s’appuie fortement sur deux personnages récurrents de l’œuvre Moers de l’identité judiciaire et le Dr Paul, le légiste – et mobilise une quantité impressionnante (peu commune) d’inspecteurs et de policiers ! Le commissaire doit même collaborer avec son collègue de la Sûreté et se montrer patient avec le juge Cornéliau, son meilleur ennemi, à qui il fera une démonstration magistrale de ses capacités d’analyse dans un dialogue d’anthologie au cours de laquelle le magistrat apprendra ce qu’est une Suze, le PMU et ce que veut dire « travailler dans la limonade » !

S’il s’identifie à la victime et la considère avec empathie, l’attitude de Maigret est toute autre quand l’enquête s’oriente vers les activités criminelles d’une bande de tueurs, des étrangers en situation irrégulière, ici des Tchèques, qu’il ira débusquer dans les ruelles populeuses du Marais, parmi une population de « pauvres bougres » :

« On trouvait de tout parmi eux : un interdit de séjour, des souteneurs, de fausses cartes d’identité, comme toujours, des Polonais, des Italiens qui n’étaient pas en règle. »

A. Dauzat & .F. Bournon (1925), Paris et ses Environs, Paris, Larousse.

Les interrogatoires qu’il fait subir au patron d’un hôtel misérable de la rue du Roi-de-Sicile et à l’une des membres de la bande, qui vient juste d’accoucher sont durs, glaçants ; le ton est sec, autoritaire, menaçant. Fait rare, Maigret manifeste une violence non contenue face à des tueurs décrits comme des bêtes, des fauves sans pitié pour leurs victimes qu’ils ont torturées pour les dépouiller avant de les tuer.

Maigret est son mort, à partir d’un point de départ simple, devient un roman composite où se mêlent la déduction à partir d’une enquête minutieuse (qui est l’homme retrouvé mort sur la place de la Concorde, pourquoi a-t-il été tué…), la description de mondes que tout oppose (l’habitat sordide des membres de la bande des Tchèques, le petit bistrot du quai de Charenton, l’appartement douillet et protecteur du boulevard Richard Lenoir, le clinquant des Folies-Bergères…), l’action (des planques, des filatures, une rafle impressionnante dans le Marais…) et des dialogues savoureux entre Maigret et Cornéliau. Que retenir de tout cela ? Un exercice intellectuel brillant autour d’une histoire de hasard malheureux qui conduit à une mort inutile. Un monde de femmes et d’hommes sans scrupules, à l’animalité et à la sauvagerie inouïes, où pourtant émerge un peu d’humanité quand Maigret tente de préserver l’avenir d’un bébé, un « nouveau petit d’homme » qui ne connaîtra certainement jamais sa mère.

Maigret et son mort, Presses de la Cité, 1948 et Omnibus, Tout Maigret IV, 2007.

#Haut de page

Le monde de Maigret - 10

Tag(s) : #Paris, #1952

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :