Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maigret et l’homme tout seul est intéressant à double titre. D’abord, l’antépénultième roman de la série est une fois de plus l’occasion pour Maigret de chercher l’identité puis de reconstruire l’existence d’un homme retrouvé assassiné dans un immeuble du quartier des Halles (qui n’avaient pas encore été transférées à Rungis). Une entreprise menée déjà de main de maître pour Louise dans Maigret et la jeune morte et Omer Calas dans Maigret et le corps sans tête. Ensuite, Simenon revient sur un des thèmes qui l’a fasciné depuis son entrée en écriture, celui de la clochardisation assumée, déjà présent dans Maigret et le clochard et, dans une certaine mesure, Le charretier de la providence. Un thème à rapprocher de celui de la double vie – qui, pour Marcel Vivien, précède son installation dans le quartier des Halles – abordé dans Monsieur Gallet décédé ou Maigret et l’homme du banc et que l’on retrouve dans Maigret et Monsieur Charles qui clôt la saga.

Comme dans Maigret et la jeune morte, le commissaire ne dispose pas de grand-chose comme point de départ. Des lieux anonymes, la rue pour Louise, un immeuble voué à la démolition de l’impasse du Vieux-Four pour l’inconnu. Des vêtements de location pour la jeune femme, des hardes pour le clochard. Pourtant, par petites touches, à partir d’observations (les cheveux bien coupés de l’homme), de rapports d’expertise et, surtout, ce que Maigret affectionne par-dessus tout, d’enquêtes de voisinage dans les bars, les restaurants et auprès des concierges, un profil s’ébauche et la chair recouvre progressivement le squelette : Maigret façonne Vivien comme il a « construit » Louise.

L’existence de l’homme que Maigret reconstitue l’amène à plonger vingt ans en arrière, et à finalement résoudre deux affaires criminelles. La double enquête alterne les investigations du présent (identification du corps, contacts avec la famille…) et les retours en arrière pour tenter de comprendre ce qui s’est passé au cours de cette période. Ce qui  implique de relire de vieux rapports d’enquêtes, de consulter les archives du Parisien libéré et de mobiliser les souvenirs de quelques rares témoins. Un travail fastidieux qui ne mène finalement pas loin, jusqu’à ce qu’un coup de téléphone anonyme (on n’en saura pas plus) agisse comme un deus ex machina en mettant Maigret sur la bonne voie. Pour les amateurs de romans policiers, la ficelle est un peu grosse…

Ce patient travail fait apparaître la personnalité d’un homme apparemment ordinaire, artisan, époux et père modèle, qu’un coup de folie amoureuse (on ne peut expliquer autrement son attitude et sa décision) conduit au meurtre, à la déchéance et à la solitude. Celle-ci est ici vue comme une punition volontaire motivée par la double honte d’avoir abandonné sa famille et d’avoir tué : Vivien ne sombre pas comme d’autres dans la clochardisation : il reste propre, ne mendie pas, ne boit pas. Il ne fréquente pas non plus les femmes et les hommes à la dérive qui hantent le quartier des Halles. Pendant de longues années, il n’est qu’un homme seul qui vit ainsi une sorte d’expiation. Cette histoire navrante devient ainsi celle de deux vies ratées et de deux solitudes avec un Mahossier, lui aussi meurtrier, arrêté, abandonné par sa femme, se retrouvant dans la situation qu’a connue Vivien vingt ans plus tôt. Une enquête qui laisse Maigret abattu, comme s’il n’avait pas pu raccommoder ces deux destins…

PS : Maigret et l’homme tout seul est l'un des rares romans de la série précisant l’année de l’enquête (1965). Simenon revient par ailleurs sur un épisode de la carrière de Maigret, son « exil » à Luçon, en Vendée, en 1946. Ce qui laisse ouvertes toutes les interrogations sur ses activités durant l’occupation.

Sur l’environnement de Maigret et l’homme tout seul, voir l’article de Jean-Louis Robert, Le commissaire Maigret aux Halles : https://books.openedition.org/psorbonne/4488?lang=fr

Le monde de Maigret - 29

Tag(s) : #1971, #Paris
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :